Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 20:46
Menteur, menteur (Tom Shadyac)

Dans les années 90, la carrière de Jim Carrey explose au rythme de un film par an et « Menteur, menteur » de Tom Shadyac en est la plus parfaite illustration.

Sorti en 1997, « Menteur, menteur » raconte la vie d’un avocat américain du nom de Fletcher Reede (Jim Carrey), habitué à toutes les roueries pour faire triompher ses clients dans les tribunaux, qui un jour est victime d’un sort jeté par son fils de cinq ans Max (Justin Cooper) le jour de son anniversaire, lui empêchant de mentir.

En réalité si la vie de Fletcher est brillante sur le plan professionnel, elle est un véritable désastre sur le plan personnel avec un divorce d’avec sa femme Audrey (Maura Tierney) mais surtout des absences insupportables vis à vis du malheureux Max.

Touché par le sort, Fletcher s’aperçoit rapidement pour notre plus grand plaisir qu’il est condamné à dire la vérité et rien que la vérité, ce qui occasionne des scènes drolatiques dans lesquelles il dit leurs quatre vérités aux employés de son cabinet, notamment sa fidèle secrétaire Greta (Anne Haney) pour le moins étonnée du changement radical du comportement de son patron.

Fletcher tente bien de résister mais son corps refuse de lui obéir avec force de contorsions.

Plus grave, il fait faux bond en saccageant la défense d’une de ses plus grosses clientes, Samantha Cole (Jennifer Tilly), coupable d’adultère, qui réclame avec beaucoup de culot sa part des biens de son mari, soit un montant de plusieurs millions de dollars.

Face au juge Stevens (Jason Bernard) et à sa consœur Dana Appleton (Swoosie Kurtz) qui défend les intérêts du mari, Fletcher cafouille, se contredit et s’enfonce en se montrant incapable de mentir et donc de tenir sa ligne de défense.

Mal embarqué, il profite d’un répit et comprend par son ex femme que le sort de son fils le bloquera jusqu’à la fin de la journée.

Cette information tombe également dans l’oreille de sa rivale l’arriviste Miranda (Amanda Donohoe) qui le traine devant le directeur du cabinet pour le forcer à dire ce qu’il pense de lui.

Mais contre toute attente, la franchise acérée de Fletcher, plait au directeur qui salue son audace et son sens de la formule.

Fletcher se trouve donc miraculeusement sauvé du piège tendu par Miranda.

Pour autant Fletcher n’est pas au bout de ses peines puisque Audrey poussée par son nouveau petit ami le gentil Jerry (Cary Elwes) lui propose de déménager avec son fils pour le suivre à Boston.

Il fonce tout d’abord au procès, découvre Kenneth Falk (Christopher Mayer) l’amant stupide de sa cliente, se maltraite physiquement dans les toilettes dans l’espoir d’échapper au cruel dénouement, mais parvient in extremis à sauver la situation en perturbant le témoignage de Falk et en montrant que sa cliente était mineure au moment de signer le contrat de mariage ce qui de fait l’annule.

Après cette victoire à la régulière, Fletcher est pourtant pris de remords face à Cole (Eric Pierpoint), refuse qu’il paye une pension alimentaire, et lui accorde la garde de son fils, ce qui contrecarre sa cupide cliente.

Il fonce ensuite à l’aéroport dans le fol espoir de reconquérir son fils et sa femme.

Après une manœuvre audacieuse ou il empêche leur avion de décoller en se grimpant sur un chariot élévateur pour leur courir après sur la piste, Fletcher parvient à ses fins.

Son témoignage plein de sincérité émeut Max mais aussi Audrey.

Bon perdant Jerry s’efface avec élégance, laissant la famille se reconstituer.

En conclusion, bâti sur une bonne idée mais un scénario filiforme, « Menteur, menteur » repose grandement pour ne pas dire essentiellement sur le talent protéiforme de clown de Jim Carey qui en pleine forme physique à trente et quelques années, multiplie les grimaces élastiques et les singeries hors normes pour nous divertir.

Derrière l’aspect gagesque du film, se délivre également un message plutôt agréable à propos du cynisme et de l’arrivisme, au détriment parfois d’une vie équilibrée notamment auprès d’un enfant en mal de modèle et d’affection.

L’avocat sans foi ni loi découvre donc les vertus de la sincérité et des relations familiales sans doute plus épanouissantes que sa vision individualiste et cynique des choses.

« Menteur, menteur » ne constitue donc pas un chef d’œuvre mémorable, mais remplit à merveille ses fonctions de divertissement de qualité, si tant est qu’on apprécie le style si particulier de ce diable de Jim Carey.

Menteur, menteur (Tom Shadyac)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Humour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens