Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 10:40
Rome, saison deux, épisodes trois et quatre (Bruno Heller)

On continue non sans plaisir la découverte de la belle série historique « Rome, saison 2, épisodes 3 et 4 ».

Dans l’épisode 3 écrit par Scott Buck et réalisé par Alain Poul, Brutus (Tobias Menzies) et Cassius (Guy Henry), écartés du pouvoir par la domination outrancière de Marc Antoine (James Purefoy), partent en Bythinie tenter de recruter une armée de mercenaires pour marcher sur Rome et détrôner leur ennemi.

Mais les échanges avec les rois locaux sont difficiles, compte tenu des différences culturelles et si Cassius se montre plutôt diplomate face aux exigences de peuples dit barbares, Brutus très perturbé par son parricide, perd la tête, provoquant les soldats et ayant recours à la purification dans des fleuves pour tenter de sauver son âme.

L’opposition à Marc Antoine se manifeste de plusieurs manières et si Octave (Simon Woods) épaulé par le général Agrippa (Allen Leech) continue de renforcer son armée de vétérans, le courageux Cicéron (David Bamber) tente de combattre le proconsul de l’intérieur en refusant de le servir au Sénat pour assoir de manière légale son pouvoir.

La perfide Atia (Polly Walker) inconditionnellement proche de son amant Marc Antoine au point de renier son fils Octave, ne se doute pas qu’elle est menacée au sein même de sa demeure par un jeune et beau domestique chargée par sa rivale Servilia (Lindsay Duncan) de l’empoisonner en épargnant son ex amante Octavia (Kerry Condon).

Du coté des bas quartiers stratégiques de l’Aventin, Vorenus (Kevin Mc Kidd) devenu le chef de bande le plus redouté, se montre particulièrement rigide dans la résolution d’un conflit d’honneur avec la bande de Memmio (Daniel Cerqueira), réclamant la mort d’un de ses hommes pour avoir eu des rapports sexuels avec un jeune garçon de bonne famille.

Vorenus refuse catégoriquement tout compromis, ce qui provoque une violente altercation avec son ami Titus Pullo (Ray Stevenson) plus ouvert au dialogue.

Bien entendu, la situation dégénère, le coupable est châtré par la bande adverse, ce qui provoque en retour la mise à mort du tueur et la guerre avec le clan de Memmio.

Sentant que son ami souffre toujours de l‘intérieur, Pullo tente de le raisonner mais Vorenus s’emporte lorsqu’il comprend qu’il a tué l’amant de sa femme, imaginant que Pullo a lui aussi couché avec elle.

L’altercation dégénère en violent combat à mains nues et après ceci, Pullo prend la décision de quitter la bande de Vorenus avec son épouse Eirene (Chiara Mastalli).

L’épisode se clôt sur la rébellion de Cicéron qui insulte Marc Antoine au Sénat par message interposé au lieu de le servir et s’enfuit afin de nouer une alliance avec Octave, qu’il juge dépositaire du salut de la République.

Furieux, Marc Antoine lève une armée pour combattre ce jeune rival qui le défie militairement, emmenant avec lui Vorenus.

Dans l’épisode 4 écrit par Todd Ellis Kessler et réalisé par Adam Davidson, le conflit entre Marc Antoine et Octave se solde par un choc à Modène de leurs armées et la défaite du premier, surclassé par les consuls généraux Hirtius et Pansa qui malheureusement décèdent au combat.

Blessé superficiellement et accusant la perte de 6000 hommes, Marc Antoine secondé par Posca (Nicholas Woodson), l’ex esclave préféré de César, continue fièrement de vouloir lutter et décide d’une retraite dans les montagnes.

Pullo qui a appris que les enfants de Vorenus étaient en vie et retenus dans un camps d’esclaves, parcourt le champs de bataille à la recherche de son ami pour lui annoncer la nouvelle et tombe sur Octave, grandi et auréolé d’un prestige nouveau de chef.

Octave honore les liens du passé avec son ancien instructeur et lui délivre un sauf conduit pour circuler dans les lignes plus facilement.

Fidèle et tenace comme un chien de chasse, Pullo retrouve son ami qui malgré l’épuisement du combat et l’abattement de la défaite, reprend vie à l’annonce de cette bonne nouvelle.

Ensemble le duo va trouver Marc Antoine, qui toujours sensible à la qualité de son fidèle Vorenus, consent à le délivrer de ses obligations militaires pour retrouver ses enfants.

Du coté de Rome, Atia échappe par miracle à l’empoisonnement, une de ses servantes goutant le plat qui lui était destiné et tombant raide sous ses yeux au cours d’un exercice de chant particulièrement émouvant.

L’empoisonneur est alors arrêté et torturé par le féroce Timon (Lee Boardman), exécuteur des basses œuvres d’Atia.

Ayant livré le nom de Servilia dans le mince espoir de sauver sa vie, le jeune est exécuté et jeté dans un égout.

De manière assez surprenante, Timon est victime du jugement moralisateur de son frère, un juif de Jérusalem, qui condamne son mode de vie et son asservissement aux Romains.

Il reçoit en retour un réaction brutale et des menaces sous les yeux médusés de son jeune fils, témoin de la scène.

La vengeance d’Atia est terrible. Elle fait enlever Servilia en pleine prière, l’emprisonne chez elle et ordonne à Timon de la faire souffrir lentement avant de la tuer.

Fidèle à son haut rang, Servilia tient tête face aux coups et contre toute attente, Timon écœuré de tant de violence et peut être sensibilisé par les mots de son frère, désobéit pour la première fois, relâchant finalement une Servilia blessée, humiliée, mais encore valide.

De son coté, le duo Pullo-Vorenus arrive jusqu’au camp d’esclaves ou sont retenus les enfants de Vorenus.

Vorenus laisse Pullo, plus habile en négociations palabrer avec le responsable du camp, un brigand sans foi ni loi prompt à torturer et exécuter les esclaves récalcitrants.

Jouant de bluff en invoquant une demande explicite d‘Octave, Pullo arrache une visite des enfants et les découvrent encore en vie, bien que la fille ainée ait été contrainte de se prostituer.

Fidèle à sa réputation sanguine, il tue le maitre du camps et repart avec ses trois enfants, acceptant au final de prendre sous sa protection le jeune fils adultère de sa femme.

En conclusion, « Rome saison 2, épisode 3 et 4 » continue sur son excellente lancée.

Vorenus qui semblait complètement perdu, corrompu et devenu une brute sanguinaire digne des plus grands brigands de l’Aventin, parvient finalement à revenir à plus d’humanité sous l’impulsion de son fidèle ami Pullo, toujours courageux, généreux, habile et brave.

La force de cette liaison d’amitié pourtant mise à rude épreuve par la violence des évènements constitue assurément le point marquant de cette série.

Du coté des hauts sphères, on se réjouit toujours autant de la haine entre les deux maitresses femmes Servilia et Atia, qui se matérialise par une lutte à mort d’une grande cruauté.

La question juive est ici abordée en douceur par l’intermédiaire du revirement de Timon, mais il parait difficile de savoir si elle sera développée par la suite.

Ces deux épisodes brillent également par des scènes d’une beauté inouïe comme la mort de la servante d’Atia, dotée d’une voix de cantatrice ou l’enlèvement de Servilia en pleine séance de prières.

Superbement scénarisé et interprété, « Rome saison 2, épisodes 3 et 4 » se déguste toujours comme un must du genre !

Rome, saison deux, épisodes trois et quatre (Bruno Heller)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens