Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 10:09
Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock)

Difficile de se lasser d’Alfred Hitchcock, aussi voici à présent « Pas de printemps pour Marnie » sorti en 1964, alors que le cinéaste était déjà solidement établi aux Etats-Unis et pouvait employer la crème des acteurs de l’époque.

Adapté d’un roman de Winston Graham, « Pas de printemps pour Marnie » débute par une intrigue classique à la « Psychose », avec le vol par une jeune secrétaire (Tippi Hedren) d’une importante somme d’argent chez la compagnie Strutt dirigée par Sidney (Martin Gabel).

Passée maitre dans l’art de la dissimulation, la jeune femme a semble t il utilisé un faux nom et s’est volatilisée une fois son méfait accompli.

Elle se rend à Baltimore pour faire quelques cadeaux à sa mère Bernice (Louise Latham) qui l’accueille froidement, préférant la compagnie d’une petite voisine à celle de sa fille.

Entre les deux femmes, une vive tension semble s’installer, confirmé par les étranges angoisses de la voleuse à propos de la couleur rouge et de l’orage.

Mark Rutland (Sean Connery) un des principaux clients de Strutt, est témoin de l’embarras de son fournisseur et observe la plus grande prudence lorsque la jeune femme s’arrange pour se faire engager dans sa propre compagnie sous une nouvelle fausse identité Marnie Edgar et apparence.

Rutland laisse Marnie s’installer chez lui et profiter d’un moment ou la surveillance se relâche le week end pour renouveler sa manœuvre et dérober plusieurs milliers de dollars.

Elle comprend trop tard que Mark l’a percée à jour et l’a aisément retrouvée.

Après une explication orageuse ou Marnie finit par avouer un passé de voleuse compulsive passant d’état en état, Mark séduit par sa troublante beauté lui propose de compenser les pertes de sa compagnie et de l’épouser.

Prise au piège, Marnie accepte ce mariage soudain qui déstabilise la très bourgeoise famille Rutland, avec en premier lieu Lil Mainwaring (Diane Baker) la belle sœur de Mark, qui mène discrètement son enquête.

Il est vrai que le comportement de Marnie déroute, notamment lors de l’affreuse lune de miel dans une croisière à Hawaï, ou la jeune femme se refuse à tout rapport physique avec son mari.

Mark qui à ses heures perdues étudie la psychologie, tente de décrypter le mal de sa femme, qu’il aime malgré tout éperdument et décèle en elle une profonde psychose remontant certainement à son passé.

Ceci ne sauve pas la croisière qui se termine par un fiasco.

De retour dans l’état de New York, Mark doit s’employer pour sauver la mise à sa femme, violemment attaquée par Sidney Strutt qui l’a reconnue dans une soirée.

Il use de menaces économiques pour faire reculer son fournisseur, mais a bien du mal à cacher la vérité à la sagace Lil, du reste secrètement amoureuse de lui.

Il demeure impossible de cacher les déviances comportementales de Marnie qui lance son cheval dans un galop frénétique sur la propriété des Rutland, ce qui se termine par une chute et par la nécessité d’abattre au pistolet l’infortuné animal souffrant le martyr.

Sentant que la vie conjugale allait devenir impossible et sincèrement désireux d’aider sa femme, Mark se décide à provoquer une visite chez Bernice pour expliciter le passé douloureux de Marnie.

La confrontation est brutale, Marnie se recroquevillant quasiment à l’état infantile devant la succession de souvenirs douloureux de sa mère, prostituée, luttant avec un marin qui avait touché sa fille avant qu’elle ne doive le tuer à coups de tisonnier un soir d’orage.

Ayant fait le lien avec les phobies de Marnie (le rouge pour le sang, l’orage pour les circonstances et le dégout des hommes par rapport au dégout de sa propre mère), Mark la libère pour espérer reprendre une vie normale, ce que la jeune femme accepte avec soulagement.

En conclusion, sans égaler (loin s’en faut) le machiavélisme de « Psychose » ou des « Oiseaux », « Pas de printemps pour Marnie » est cependant un très bon Hitchcock explorant les tréfonds du psychisme humain à travers les troubles d’une jeune et belle femme, frigide et kleptomane.

Sean Connery incroyablement jeune et séduisant, incarne à merveille le héros masculin hitchcockien type, athlétique, élégant, sympathique et très aisé.

Son tandem avec Tippi Hedren, elle aussi archétype de la blonde perverse, constitue l’ossature principale du film.

Alors certes, certaines scènes notamment d’action, paraitront sans doute un peu surannées ou cheaps, mais ceci en saurait en rien gâcher le plaisir essentiel de ce bon Hitchcock de seconde catégorie.

Pas de printemps pour Marnie (Alfred Hitchcock)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Psychologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens