Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 11:08
Marvel icons n°2 : Captain america, super patriote (Robert Krikman, Scott Eaton)

Le Punisher ayant déjà eu l’honneur d’un Marvel icons hors série, le légendaire Captain america ne pouvait faire moins, aussi « Marvel icons n°2: Captain america, super patriote » voir le jour au mois d’aout 2005.

On retrouve ici Robert Krikman au scénario et Scott Eaton aux dessins pour une entrée en matière fracassante mais un peu brève dans laquelle Captain met hors combat le puissant Mister Hyde en profitant d’une chute heureuse d’un immeuble.

A peine le temps de souffler que Cap rejoint son associée/amante Diamondback (Rachel Leighton) pour participer à une mission assignée par Nick Fury le directeur du S.H.I.E.L.D pour aller secourir le sénateur Winslow détenu par l’Hydra sur une ile secrète de Floride.

Malgré une résistance de principe des gardes, la mission est une formalité mais on s’aperçoit que Fury était en réalité Nolan un de ses subordonnés usurpant son identité et que pire que cela Diamondback semble liée à Crane rouge, le pire ennemi de Cap.

Nolan apparait comme un agent double ayant fourni une armure high tech à Crane en échange de versements que le fourbe super criminel nazi se refuse à lui octroyer.

De son coté, Captain assiste sous l’identité de son alter égo Steve Rogers à un match de base ball avec Rachel perturbé par une attaque de ce bon vieux Batroc, bien évidemment éternellement surclassé au cours du combat.

Après une belle nuit d’amour avec Rachel, il s’apprête à ingérer un poison concocté par l’inévitable Crane, mais est brutalement agressé par la Société du serpent, association de super criminels dotées de pouvoirs reptiliens.

Pris par surprise par Bushmaster, Céraste et Aspic, Steve et Rachel sont mis KO et détenus par Cobra, le directeur de la Société comptant une quinzaine de membres, tous super criminels de rang 3.

Bien entendu, Captain parvient à se libérer de ses entraves et aidé de Diamondback parvient à triompher de toute la société après un combat intense et plaisant.

Mais ce contre temps permet à Diamondback de réfléchir sur sa situation difficile et d’annoncer à son maitre sa décision de renoncer à piéger un homme qu’elle a fini par aimer.

Furieux d’être contrarié, Crane rouge tente de briser le cou à Diamondback au moment même ou Steve vient toquer à la porte de son appartement.

Crane privilégie alors une attaque frontale alliant effet de surprise et puissance démultipliée de son armure.

Captain est surclassé par son adversaire et placé en fâcheuse posture.

Mais une Diamondback miraculeusement intacte surgit au moment ou Crane veut lui porter le coup de grâce et désactive son armure en utilisant des étonnantes capacités robotisées.

Nick Fury fait ensuite une entrée remarquée en apportant la clé de l’énigme, la livraison par Nolan à Crane rouge d’une armure high tech et d’un androïde copiant à la perfection l’esprit de Diamondback afin d’endormir la vigilance de Captain america et de le piéger.

Tout rendre dans l’ordre lorsque Nolan est arrêté, Crane rouge inconscient évacué, le robot de Diamondback repris malgré ses plaintes déchirantes tandis que la vraie Diamondback revient dans la vie de Steve.

En conclusion, ne vous fiez pas à sa pochette d’apparence un peu vieillotte, « Marvel icons n°2: Captain america, super patriote » est l’incarnation même de ce que l’on peut faire de mieux pour continuer à faire vivre une des légendes vivants du comic books dans les années 2000.

Le scénario de Krikman est très bon, mélangeant un petit complot bien ficelé par l’ennemi n°1 du super héros rehaussé ici de pouvoirs impressionnants tout en ajoutant de superbes diversions avec des ennemis également historiques comme Hyde, Batroc ou l’idée géniale de la Société du serpent avec une belle galerie de criminels redoutables.

Les dessins de Eaton sont superbes avec ce mélange de beauté, force et couleurs incarnant la vie et le charisme hallucinant du personnage.

Lorsqu’en plus une histoire d’amour très cool vient se greffer avec l’alter égo du héros, on peut donc dire qu’on atteint la perfection.

En tout cas il ne m’en faut pas plus pour m’éclater en comic book !

Marvel icons n°2 : Captain america, super patriote (Robert Krikman, Scott Eaton)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens