Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 12:31
Marvel icons n°1 : la méthode forte (Brian Michael Bendis, Tom Priest, Mark Ricketts, Mark Waid, David Finch, Joe Bennett, Tony Harris, Paul Smith)

Vous savez sans doute que les comic books Marvel ne sont jamais loin dans ces colonnes, aussi Est-ce le tour de « Marvel icons n°1 : la méthode forte ».

Sorti en 2005 chez Panini comics nouveau distributeur de Marvel en France, « Marvel icons n°1 : la méthode forte » donne carte blanche à nouveau scénariste dominant des années 2000, Brian Michael Bendis pour avec David Finch aux dessins donner un souffle nouveau aux Vengeurs new look.

On commence par l’arrivée du Valet de cœur, revenus d’entre les morts pour exploser devant l’entrée du manoir des Vengeurs et tuer son ami l’Homme-fourmi (Scott Lang).

A cette attaque incompréhensible succèdent d’autres évènements incroyables comme le dégoupillage de Tony Stark au siège des Nations Unies, qui bafoue son aura de ministre de la défense américaine pour agresser verbalement et physiquement un représentant de la Latvérie, le micro état de Fatalis qu’il juge indigne de siéger à cotés des autres nations.

Pour couronner le tout la Vision apparait mais avec son système central piraté pour donner naissance à cinq robots Ultron.

Mais comme d’habitude ces robots étrangement statiques ne sont pas suffisants pour vaincre des combattants aussi chevronnés que Captain america, Captain Britan, la Guêpe, Œil de Faucon, le Faucon, et Miss Hulk, qui rendue enragée par l’intensité du combat, devient incontrôlable, détruisant le corps martyrisé de la Vision et agressant un Captain america dépassé en puissance malgré sa science du corps à corps.

On laisse Cap en mauvaise posture pour nous intéresser via Tom Priest (scénario) et Joe Bennett (dessins) à Captain america, qui aidé de son vieil ami le Faucon, doit faire face à un ensemble nauséabond d’autorités gouvernementales et mafieuses, qui les recherchent pour avoir dérober un virus bactériologique.

En réalité, le virus est activement recherché par un amiral, qui dirige l’Oni une organisation gouvernementale cherchant à créer un super marin capturé par Cap et le Faucon qui parviennent à convaincre Luke Cage/Power man de donner un peu de son sang pour maintenir en vie le super marin détenu secrètement dans les sous sols de l’ambassade du Wakanda à New-York.

Malgré la médiation de Nick Fury, les transactions entre l’amiral de l’Oni et les deux héros prennent un tour désagréable lorsque des soldats sont envoyés pour les arrêter, ce qui pousse le Faucon à abattre l’amiral.

La seconde partie du comic met en scène une aventure particulièrement absconse et mollassonne d’Iron-man imaginée par Mark Ricketts et dessinée par Tony Harris, dans laquelle Tony Stark achève de perdre complètement la tête pour agresser sous l’armure d’Iron-man ses anciens employés et amis Pepper Potts et Happy Hogan.

Difficile de comprendre précisément le trouble intérieur de Stark qui semble très lié avec une belle japonaise appelée Rumiko.

On termine par le plus nul possible, les 4 Fantastiques scénarisés par Mark Waid et dessinés par Paul Smith, qui au cours d’un voyage temporel plus que tiré par les cheveux rappellent une liaison de Red Richards avec l’aventurière Allyssa Moy avant d’épouser Jane Storm.

En conclusion, « Marvel icons n°1 : la méthode forte » marque le début d’une nouvelle ère chez les Vengeurs avec des tentatives de bouleversements imaginés par le gourou des Ultimates, Michael Bendis.

Malgré le style sombre, dense et puissant de Finch, la sauce a du mal à prendre, Ultron se révélant une fois de plus ni plus ni moins qu’un faire valoir bien surestimé en attendant sans doute mieux.

Du coté de Captain america, constat similaire avec un scénario particulièrement faible de Priest et une histoire de super marin/virus à dormir debout contre balancé par le style magnifique de Bennett montrant des personnages ciselés et dans des décors flamboyants.

On sombre dans un niveau proche du zéro absolu avec Iron-man, indigent sur le plan du scénario, laid sur celui des dessins et en dessous du zéro pour les 4 Fantastiques qui en 2005 peuvent faire honte à John Byrne, qui propulsé le comic à un niveau supérieur.

Peu de raisons donc de s’enthousiasmer face à cette nouvelle tentative de relance des super héros, Bendis restant sans doute le pale et lointain espoir pour les Vengeurs …

Marvel icons n°1 : la méthode forte (Brian Michael Bendis, Tom Priest, Mark Ricketts, Mark Waid, David Finch, Joe Bennett, Tony Harris, Paul Smith)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens