Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 12:03
Les tribulations d'une caissière (Pierre Rimbaldi)

On délaisse temporairement la brutalité guerrière de Rammstein pour nous intéresser à un sujet plus généraliste, « Les tribulations d’une caissière » de Pierre Rimbaldi.

Sorti en 2011, ce film exploite le succès inattendu du roman d’Anna Sam, une titulaire d’un DEA de lettres qui avait tenu pendant huit ans un blog sur son métier alimentaire de caissière en Bretagne.

Le film raconte les déboires de Solweig (Deborah François) jeune et belle caissière de grande surface qui pour supporter son quotidien difficile écrit un blog pendant ses soirées qui rencontre un succès croissant au point de mettre en difficulté le secteur pourtant puissant de la grande distribution.

Menant à merveille une double vie, Solweig donne le change la journée aves ses collègues Sandy (Firmine Richard) antillaise opulente et Leila (Alice Belaidi) pétillante jeune beurette.

La solidarité règne en effet entre les caissières face au directeur du magasin, l’abominable Mercier (Jean-Luc Couchard) archétype du petit chef autoritaire et borné.

Pourtant face au phénomène du blog et aux mouvements de protestations qui se montent face aux conditions de travail des caissières, le patron de presse Ferry (Marc Lavoine) charge une de ses journalistes Marie (Elsa Zylberstein) d’infiltrer le supermarché pour démasquer la bloggeuse.

Marie se présente donc comme une nouvelle caissière et tente peu à peu de gagner la confiance des autres filles.

Face au froid, aux déguisements grotesques lors des opérations promotionnelles et surtout l’attitude volontairement méprisante des clients, le phénomène de solidarité facilite l’intégration de Marie au sein du groupe et la progression de son enquête.

Parallèlement à cela, Solweig qui vit seule avec son jeune frère de dix ans Anatole (Jean Baptiste Fonck) et donne des cours de français dans les quartiers chics, rencontre un beau soir d’hiver un beau jeune homme nommé Charles (Nicolas Giraud).

Le charme s’avère réciproque mais Solweig perd le numéro de téléphone du jeune homme qui lui utilise son badge de caissière oublié sur place pour tenter de la retrouver.

Entre le jeune acteur de théâtre bourgeois-bohème et la jolie caissière, le conte de fée semble difficile à se mettre en place et Solweig doit vite se confronter à nouveau avec la dure réalité de son travail et au licenciement de Leila, trop rebelle pour accepter la loi de Mercier.

Le pire danger viendra pourtant de Mary, la fausse bonne copine qui parvient à comprendre que Solweig est la bloggeuse mystère et obtient confirmation en manipulant le pauvre Anatole.

Solweig qui a pu finalement retrouver son prince charmant et avoir eu une première nuit d’amour avec lui, est sur son petit nuage et ne prend pas garde au danger.

Heureusement Charles intervient à propos pour empêcher Mercier d’abuser de la situation.

Lorsqu’Solweig découvre les gros titres de la presse et une photo volée d’elle, c’est la consternation et la rage contre Marie, la traitresse qui du reste malgré sa réussite est peu fière de son travail.

Tout se termine pourtant en happy end avec un pardon généreux de Marie et une grande fête chez la famille de Leila.

En conclusion, malgré son sujet excitant et quelques petites piques assez plaisantes, « Les tribulations d’une caissière » ne contient pas assez de substance pour faire réellement un film.

Les personnages sont souvent caricaturaux : une black mémère et une arabe de cité encadrent la blonde angélique lettrée face à un chefaillon minable franchouillard pervers et crade.

On tombe également des nues en découvrant le conte de fée à 50 centimes d’euros avec le bel acteur riche bien sous tout rapport qui a le rôle de sauveur/chevalier blanc de l’histoire.

Ceci ajouté à une ambiance de conte de Noel avec neige tous les jours ne peut qu’irriter.

La justesse de Zylberstein, la fraicheur et la beauté de Deborah François ne suffisent donc pas à sauver cette adaptation ratée du naufrage absolu.

Les tribulations d'une caissière (Pierre Rimbaldi)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens